Marc Mézard

Physicien, Directeur de l’École normale supérieure

Présentation

Marc Mézard est directeur de l’École normale supérieure depuis 2012. Après un premier mandat de cinq ans, il a été renouvelé dans ses fonctions en avril 2017 pour un second mandat. Il a également été président par intérim de l’Université PSL de mai à novembre 2017, et il siège aux conseils d’administration de l’Université PSL, de l’École normale supérieure de Lyon, de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), et d’un certain nombre de fondations de collaboration scientifiques : l’École d’économie de Paris, la Main à la Pâte, la fondation partenariale Philippe Meyer, la Fondation de l’École normale supérieure, la fondation de droit américain Friends of École normale supérieure, ainsi qu’au conseil scientifique de l’Institut Pascal de l’Université Paris Saclay.

Physicien, Marc Mézard est directeur de recherche de classe exceptionnelle au CNRS et auteur de plus de 170 publications et deux livres. Outre l’École normale supérieure, il a aussi travaillé au sein de l’Université Paris Sud, où il a dirigé le Laboratoire de physique théorique et modèles statistiques (LPTMS ) et le Laboratoire d’Excellence (Labex) PALM qu’il a contribué à fonder. Il a également occupé des postes de chercheur invité pour de longues périodes  à  l’Université «La Sapienza»  (Rome), à l’Université de Californie Santa Barbara (UCSB), à l’Université de Californie Berkeley ainsi qu’à l’Université d’Oldenburg.

Il est spécialiste de physique statistique des systèmes désordonnés. Ses travaux, développés à l’origine pour décrire le comportement de systèmes magnétiques désordonnés, les verres de spin, ont permis de construire un cadre conceptuel et un ensemble de méthodes (dont la méthode de cavité) qui permettent de décrire et comprendre l’émergence, à savoir les nouveaux phénomènes dus aux comportements collectifs de nombreux atomes en interaction. Généralisant les approches de physique statistique aux cas où les atomes peuvent être des entités aussi diverses que des agents sur un marché, des protéines, des neurones ou des bits d’information, Marc Mézard a ainsi été amené à travailler dans diverses branches de la science, en physique de la matière condensée bien sûr (systèmes vitreux), mais aussi à l’interface avec la biologie (propriétés des molécules biologiques, réseaux de neurones), en théorie de l’information (codes, acquisition comprimée), en informatique théorique (satisfaction de contraintes, problèmes de couplage et de voyageur de commerce), ainsi qu’en finance (allocation d’actifs, dynamique du carnet d’ordre, répartition des richesses).

Ces travaux ont été reconnus par l’attribution de nombreuses distinctions dont la médaille de bronze du CNRS en 1985, de la médaille d’argent du CNRS en 1990, du Prix Ampère de  l’Académie des sciences, en 1996, le prix Anatole et Suzanne Abragam de l’Académie des Sciences ainsi que deux récompenses étrangères le Prix Humboldt en 2009, et le Prix Onsager de l’American Physical Society en 2016.

L’École normale supérieure défend un modèle unique : intimement ancrée dans le système universitaire français, elle est une Grande École par le modèle et l’exigence de son recrutement mais elle ressemble à toutes les grandes universités du monde, en raison de la formation d’excellence qu'elle propose et des ponts qu’elle tisse entre recherche et enseignement. Elle est en outre le milieu où s’épanouissent de futurs chercheurs et enseignants, cadres supérieurs des administrations ou des entreprises, mais aussi, et de manière non exhaustive, de futurs hommes politiques, diplomates, journalistes ou personnalités du monde culturel. L'ENS tire sa force et sa réputation de ce modèle alliant une recherche de pointe et la formation d’étudiants brillants, que le monde nous envie.

Marc Mézard, Revue de l’a-Ulm, 2016

Direction de l’École normale supérieure

Marc Mézard a été nommé le 12 avril 2012 directeur de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm par un décret du président de la République, et renouvelé dans ses fonctions le 7 avril 2017 pour un second mandat de cinq ans. Succédant à Monique Canto-Sperber, il est le 29ème directeur de l’ENS et le troisième physicien à occuper les fonctions de directeur de l’École normale supérieure, après Georges Bruhat (1940 et 1941-1942) et Étienne Guyon (1990-2000).

Selon les statuts de l’ENS, «le directeur de l’école anime et coordonne la réflexion conduisant à la définition de la politique générale de l’établissement». L’équipe de direction réunie autour de Marc Mézard comprend un directeur adjoint sciences, Yves Laszlo, un directeur adjoint lettres, Frédéric Worms, et une directrice générale des services, Laurence Corvellec. Un comité de direction élargi réunit autour de ces quatre personnes les deux directeurs des études, Christian Lorenzi pour les sciences et Dorothée Butigieg pour les lettres, la directrice de la bibliothèque Ulm-Jourdan, Emmanuelle Sordet, le directeur des relations internationales, Dominique Combe, et la directrice de la communication, Véronique Prouvost.

En lien avec ses fonctions de directeur de l’ENS, Marc Mézard siège également aux conseils d’administration de l’ENS (présidé par François Hartog), de l’Université PSL, de l’École normale supérieure de Lyon, de l’EHESS, et d’un certain nombre de fondations de collaboration scientifiques : l’École d’économie de Paris, la Main à la Pâte, la fondation partenariale Philippe Meyer, la Fondation de l’École normale supérieure, la fondation de droit américain Friends of École normale supérieure.

La construction de l’Université PSL est un axe stratégique important pour l’ENS. Dans ce cadre, Marc Mézard a été amené à prendre la présidence par interim de cette université entre mai 2017, date à laquelle Thierry Coulhon a quitté ses fonctions de président de PSL pour devenir conseiller auprès du président de la République, et novembre 2017, date à laquelle Alain Fuchs a été élu président de PSL.